MENU
ACTUALITÉS
10 ans de collaboration avec notre client CERTIFER !
Actualités
08
Oct

SERMA Safety & Security fête cette année 10 ans de collaboration avec CERTIFER.

À cette occasion, nous avons demandé à Patrick OZELLO, Directeur Technique chez CERTIFER France, de revenir sur cette collaboration.

 

Pouvez-vous vous présenter et nous présenter l’activité de CERTIFER ?

CERTIFER est un organisme de certification et d’inspection créé en 1997. Nous avons aujourd’hui étendu nos prestations aux activités de tests et travaillons sur des certifications de produits et systèmes pour les transports guidés et terrestres. Cela comprend évidemment le ferroviaire mais aussi les transports urbains comme le tram, le métro ou les bus guidés. Nous avons également des perspectives sur les véhicules autonomes ou les systèmes innovants comme l’hyperloop.

Je travaille comme Directeur Technique chez CERTIFER depuis sa création. Je suis également responsable de la cohérence des méthodes entre les filiales puisqu’il s’agit désormais d’un groupe présent dans plusieurs pays du monde. Notre organisme comporte des filiales en Europe : Belgique, Espagne, Italie, Allemagne, Autriche, Turquie mais aussi en Australie, en Chine et en Amérique latine.

Comment avez-vous connu SERMA ?

La collaboration avec SERMA a démarré dès la création de CERTIFER dans les années 2000. Nous nous étions rapprochés de la société SURLOG à l’époque dont une personne avait été qualifiée comme évaluateur CERTIFER. SURLOG a ensuite été rachetée par le LCIE, puis par SERMA en 2006. SERMA a su valoriser cette activité autour des logiciels critiques en créant une entité dédiée – SERMA Safety & Security – dont une partie des activités se fait avec l’industrie ferroviaire.

Depuis le début de notre collaboration, nous travaillons de nombreuses évaluations de logiciels critiques avec des interlocuteurs SERMA qualifiés comme évaluateurs CERTIFER. Nous avons récemment démarré des missions en cybersécurité dont SERMA est également spécialiste.

Sur quels types de projets ou de prestations travaillez-vous avec SERMA ?

Nous travaillons avec SERMA pour ses compétences en logiciels critiques, étendue progressivement aux systèmes critiques, cartes électroniques de sécurité (hardware) et plus récemment en cybersécurité.

Les collaborateurs de SERMA sont d’un apport précieux sur des projets majeurs comme le contrôle commande des systèmes de Lignes à Grande Vitesse (LGV) Paris-Rennes Bretagne-Pays de la Loire, Paris-Bordeaux Sud-Est Atlantique, Paris-Strasbourg Est-Européen par exemple, mais aussi les métros de Dubaï, Taiwan ou Montréal.

Quels sont, selon vous, les points forts de SERMA?

Les évaluateurs avec lesquels nous travaillons ont de très bonnes connaissances techniques et de solides compétences sur les systèmes et logiciels critiques. Ils s’adaptent facilement aux projets, sont très rigoureux et fournissent des rapports bien rédigés.

Que ce soit du côté de CERTIFER ou de nos clients, nous avons plaisir à travailler avec eux. Le nombre de personnes reconnues de SERMA ne cesse d’augmenter, ce qui est un très bon indicateur de satisfaction.

Comment envisagez-vous la suite de votre relation avec SERMA ?

Nous souhaitons poursuivre le développement déjà amorcé côté cybersécurité tout en continuant nos activités sur les systèmes critiques qui est un marché très porteur.

De plus, nous entreprenons une démarche avec les personnes reconnues de chez SERMA afin qu’elles montent en compétences dans l’évaluation de l’interopérabilité.  En effet, les textes réglementaires prévoient des évaluations selon des normes techniques dont la sécurité n’est qu’une partie pour assurer l’interopérabilité du ferroviaire en Europe.

Un dernier mot ?

Nous espérons continuer à progresser et à nous développer aux côtés de SERMA, y compris à l’international.

Dans le contexte actuel, nous ne rencontrons pas à ce jour de baisse d’activité dans le domaine de la certification. Nous avons cependant des sur le long terme mais grâce à ce développement international, nous pouvons espérer un maintien de nos activités.

Underground-rail
Partagez l'article :